Criteria for selecting an extract of Viburnum, Viburnum prunifolium L. in relation to its venotonic and spasmolytic effects


Balansard, G.; Chausse, D.; Boukef, K.; Toumi, A.; Jadot, G.; Boudon, G.

Plantes Medicinales et Phytotherapie 17(3): 123-132

1983


A study on different fractions of an ethanolic extract of the bark.

Plantes
médicinales
et
phytothérapie
1983,
Tome
XVII,
3,
p.
123-132
CRITÈRES
DE
CHOIX
D'UN
EXTRAIT
DE
VIBURNUM,
VIBURNUM
PRUNIFOLIUM
L.,
EN
FONCTION
DE
SES
ACTIONS
TONIVEINEUSE
ET
SPASMOLYTIQUE
par
G.
BALANSARD
(*),
D.
CHAUSSE
(**),
K.
BOUKEF'
(***),
A.
Tom
(***),
G.
JADur
(****),
collaboration
technique
G.
BOUDON
(*)
(*)
Laboratoire
de
Pharmacognosie,
Faculté
de
Pharmacie
(**)
Laboratoire
Vaillant-Defresne,
66-77,
rue
Falguière,
75739
Paris
Cedex
15
(***)
Faculté
de
Pharmacie,
Monastir,
Tunisie
(****)
Laboratoire
de
Pharmacologie,
Faculté
de
Médecine,
27,
Bd
Jean-Moulin,
13385
Marseille
Cedex
5
MOTS-CLÉS
Viburnum
prunifolium,
Caprifoliacées,
toniveineux,
spasmolytique.
RÉSUMÉ
Les
extraits
d'écorce
de
Viburnum
exercent
une
action
toniveineuse
spécifique.
Cette
action
est
plus
élevée
avec
les
extraits
de
faible
titre
alcoolique.
L'action
spasmolytique
réalisée
sur
2
extraits
à
30
et
à
600
est
5
fois
plus
intense
avec
l'extrait
à
30°.
Il
semble
donc
qu'en
thérapeu-
tique
on
ait
intérêt
à
utiliser
un
extrait
de
degré
alcoolique
peu
élevé.
SUMMARY
The
extract
of
Viburnum
bark
working
a
specifical
veino
tonic
action.
This
action
is
more
higher
with
low
alcoholic
title
extracts.
Spasmolytic
action
realised
on
two
extracts
of
30
and
60
degrees
is
live
more
time
with
the
30
degrees
extract.
It
seems
like
in
therapeutic
we
should
use
a
low
alcoholic
degree
extract.
INTRODUCTION
Les
extraits
d'écorce
de
Viburnum,
Viburnum
prunifolium
L.
(Caprifo-
liacées),
sont
utilisés
pour
leurs
propriétés
utérorelaxantes
et
spasmoly-
tiques.
Par
ailleurs
ils
sont
souvent
associés
à
des
plantes
toniveineuses
dans
le
traitement
de
l'insuffisance
veineuse,
mais
jusqu'à
présent
seules
123
les
propriétés
spasmolytiques
de
cette
drogue
ont
été
mises en
évidence
[10,
111.
L'objet
du
présent
travail
est
de
démontrer
l'action
toniveineuse
des
extraits
de
Viburnurn
et
de
proposer
un
extrait
présentant
les
propriétés
toniveineuses
et
spasmolytiques
les
plus
élevées.
I.
PRÉPARATION
DES
EXTRAITS
DE
VibUrntini.
Préparation
de
l'extrait
E
1
:
extrait
fluide
codex
à
l'alcool à
80",
concentré
sous
pression
réduite
jusqu'à
élimination
de
l'alcool,
filtré,
lyophilisé.
Préparation
des
extraits
E,
E
3
et
E
4
:
100
g
de
poudre
d'écorces
sont
soumis
à
une
lixiviation
par
de
l'éthanol
hydraté.
On
recueille
500
g
de
lixiviat
que
l'on
concentre
sous
pression
réduite
jusqu'à
élimination
de
l'éthanol.
Après
refroidissement
le
liquide
est
filtré
et
séché
par
lyophilisation.
On
prépare
ainsi
:
E,
au
moyen
d'éthanol
à
60"
E
3
au
moyen
d'éthanol
à
45"
E
4
au
moyen
d'éthanol
à
30°.
Le
dosage
des
tanins
condensés
est
réalisé
en
utilisant
le
réactif
de
Stiasny
suivant
le
protocole
figurant
à
la
8e
édition
de
la
Pharmacopée
française
pour
la
monographie
du
Ratanhia.
Résultats
:
Extraits
Tanins
condensés
en
g
%
E
1
58
E,
56
E
3
55,5
E
4
54
II.
ÉTUDE
DE
L'ACTIVITÉ
TONIVEINEUSE
DES
EXTRAITS
DE
VibUrni/n/
E
l
,
E,
E
3
et
E
4
.
Nous
avons
utilisé
la
méthode
d'étude
des
substances
veinotropes
consistant
à
étudier
les
variations
de
débit
éventuellement
enregistrées
au
cours
de
la
perfusion
à
pression
constante
d'une
solution
de
milieu
de
survie
contenant
la
drogue
à
étudier
dans
le
système
artérioveineux
du
train
postérieur
du
lapin.
124
Afin
de
vérifier
la
contribution
spécifique
du
système
veineux
à
l'éven-
tuelle
variation
de
débit
enregistrée,
nous
avons
complété
l'étude
en
testant
ces
mêmes
drogues
sur
un
fragment
d'aorte
isolé.
1.
Test
toniveineux
[1,
2,
4,
5].
L'étude
est
réalisée
sur
le
lapin
fauve
de
Bourgogne
croisé
avec
le
Géant
des
Flandres
d'un
poids
moyen
de
2
kg.
La
perfusion
du
train
postérieur
du
lapin
avec
une
solution
de
type
Dextran
Ringer
Locke
contenant
des
concentrations
de
300
mg/1
de
sub-
stances
toniveineuses
permet
une
détermination
quantitative
de
l'activité
veinotrope.
La
perfusion
administrée
par
voie
aortique
se
fait
à
pression
constante
oscillant
entre
30
et
35
cm
d'eau.
Le
perfusat
réchauffé
préalablement
à
38
°C
est
une
solution
de
type
Ringer
Locke
dans
laquelle
on
dissout
60
g
de
Dextran
par
litre.
Composition
centésimale
du
perfusat
:
Dextran
NaCl
30
g
4,5
g
KCl
0,21
g
CaC1,
0,20
g
NaHCO
3
0,10
g
MgCl
2
0,10
g
Na
,
HPO
4
0,10
g
Glucose
1,2
g
Eau
pour
préparations
injectables
qsp
500
ml
Le
Dextran
maintient
une
pression
oncotique
artificielle
qui
évite
l'extra-
vasation
des
liquides
dans
le
tissu
interstitiel.
Un
compte-goutte
intercalé
à
l'entrée
de
la
voie
aortique
permet
de
mesurer
le
débit
qui
se
stabilise
rapidement
(45
à
100
gouttes/min)
et
reste
stable
pendant
1
h
et
plus
avant
administration
du
médicament.
Le
débit
de
base
étant
stabilisé,
on
perfuse
alors
le
train
postérieur
de
l'animal
avec
cette
même
solution
Dextran
Ringer
Locke
servant
de
véhicule
au
médicament
à
étudier.
L'action
veinoconstrictrice
se
traduit
par
une
diminution
du
débit
de
la
perfusion.
On
obtient
une
courbe
de
diminution
de
débit
en
fonction
du
temps
ayant
en
principe
l'allure
d'une
décroissance
exponentielle
et
dont
les
carac-
téristiques
principales
sont
les
suivantes
:
Un
plateau
supérieur
correspondant
au
débit
de
base
stabilisé
avant
introduction
de
la
substance
active.
On
l'appelle
débit
maximal
D,„„„.
Un
temps
de
latence
qui
peut
varier
suivant
les
concentrations.
125
Une
décroissance
habituellement
d'allure
exponentielle
qui
carac-
térise
la
vitesse
d'action
de
la
substance
active.
La
courbe
ensuite
devient
lentement
asymptotique
à
l'axe
des
abscisses.
L'asymptote
calculée
permet
d'apprécier
l'effet
du
médicament
à
l'état
stationnaire
et
correspond
au
débit
minimum
D
min
On
peut
donc
définir
l'activité
d'une
substance
toniveineuse
grâce
à
trois
paramètres
principaux
:
Le
seuil
d'activité
(concentration
à
partir
de
laquelle
la
chute
du
débit
est
notable).
Le
rapport
de
la
pente
de
la
courbe
à
l'origine
par
le
débit
maximal
Pipmax
=
f(c)
qui
est
en
principe
proportionnel
à
la
concentration.
L'efficacité
maximale
(rapport
du
débit
minimal
sur
le
débit
maximal)
Drnin
D
max
2.
Test
artériel
[3,
6].
Nous
avons
utilisé
la
méthode
qui
consiste
à
étudier
la
réaction
d'une
bandelette
d'aorte
de
lapin
à
l'aide
d'un
myographe.
Le
myographe
est
constitué
par
une
balance
à
fil
de
torsion
dont
le
fléau
est
soutenu
par
un
cylindre
flottant
dans
un
liquide
visqueux.
La
flèche
porte
à
sa
partie
supérieure
un
repère
dont
les
déplacements
sont
observés
au
microscope
au
moyen
d'un
oculaire
à
micromètre.
Une
division
du
micromètre
cor-
respond
à
33,33
mg
pour
un
objectif
de
10.
On
vérifie
l'intégrité
et
la
réactivité
du
segment
d'aorte
en
ajoutant
au
milieu,
au
bout
de
20
min,
de
l'adrénaline
à
la
concentration
de
7,6-
10
-
g/ml.
Nous
avons
dans
tous
les
cas
effectué
2
essais
par
produit
testé.
3.
Résultats.
A)
Tests
toniveineux
:
les
résultats
présentés
sont
la
moyenne
des
5
essais
pratiqués
pour
chacun
des
extraits.
Extrait
lyophilisé
de
Viburnum
à
la
concentration
de
300
mg/1
P
,
D
,
E111.1%
- '
D,„,,,
D,„
.
,,
Extrait
E,
0,052
0,30
Extrait
E
2
0,050
0,32
Extrait
E
3
0,053
0,26
Extrait
E
4
0,058
0,19
126
B)
Tests
toniartériels
:
pour
la
concentration
de
300
mg/1
nous
n'avons
observé
aucun
effet
toniartériel
et
au
bout
de
20
min
la
réponse
à
l'adrénaline
est
normale.
Les
tests
toniveineux
réalisés
sur
les
extraits
de
Vibunurn
E
1
,
É
2
,
É
3
,
et
E,
montrent
une
action
significative
à
la
dose
de
300
mg/l.
On
peut
noter
aussi
que
cette
action
augmente
lorsque
le
degré
alcoolique
diminue.
Il
est
par
ailleurs
intéressant
de
constater
que
l'activité
des
extraits
E
3
et
E
4
est
sensiblement
équivalente
à
celle
d'extraits
fluides
d'Hamamelis
que
nous
avons
testé
lors
de
travaux
antérieurs
[5]
et
pour
lesquels
à
la
Jose
de
300
mg/1
nous
avions
obtenu
une
valeur
moyenne
de
P/D,„„„
=
0,048
et
une
valeur
moyenne
de
E
ma
,
=
0,023.
L'activité
toniveineuse
de
ces
extraits
est
spécifique
puisque
nous
n'avons
mis
en
évidence
aucune
activité
toniartérielle
significative.
III.
ÉTUDE
DE
L'ACTIVITÉ
SPASMOLYTIQUE
DES
EXTRAITS
DE
VibtirnUM
ET
E
4
.
Mise
en
évidence
de
l'activité
spasmolytique
:
étude
de
l'antagonisme
des
extraits
de
Viburnum
sur
l'utérus
isolé
de
la
ratte.
1.
Protocole
[7].
A)
Produits
étudiés
:
les
extraits
de
Viburnuni
sont
mis
en
solution
au
moment
de
l'emploi
dans
de
l'eau.
B)
Animaux
:
13
rattes
Wistar
AF
gnotoxéniques,
adultes,
d'un
poids
moyen
de
220
±
20
provenant
du
même
élevage
(Centre
d'Élevage
R.
JAN-
VIER),
sont
utilisées
dans
cette
étude.
C)
Etude
du
cycle
vaginal
:
l'étude
du
cycle
vaginal
[9]
est
faite
par
des
frottis
quotidiens,
prélevés
toujours
aux
mêmes
heures
(9-10
h),
colorés
au
bleu
de
méthylène.
Les
4
phases
du
cycle
:
proœstrus,
oestrus,
post
œstrus
et
dicestrus
sont
numérotées
respectivement
1-7-3-4.
D)
Prélèvement
:
le
jour
de
l'essai,
les
animaux
en
oestrus
sont
sacrifiés
par
décapitation.
On
prélève
chez
chacun
d'entre
eux
:
les
deux
cornes
utérines.
Les
cornes
sont
ligaturées
à
leur
extrémité
supérieure
et
inférieure
et
sectionnées
en
deux.
L'étude
est
réalisée
sur
une
corne
choisie
au
hasard.
E)
Mesure
de
l'activité
antispasmodique
:
a)
La
corne
utérine
prélevée
est
suspendue
dans
une
cuve
de
10
ml
contenant
une
solution
de
Jalon
thermostatée
à
32
0
C.
La
solution
de
Jalon
est
oxygénée
par
bullage
d'air
(95
%
0
2
+
5
%
CO
2
).
b)
Grâce
à
un
levier
isotonique,
les
contractions
de
l'organe
sont
enre-
gistrées
avec
une
amplification
de
5
fois.
La
tension
exercée
par
l'organe
est
tarée
par
un
contrepoids
de
1,0
g.
127
TABLEAU
II
Doses
(*)
en
Pourcentage
d'inhibition
µg
ml
Rats
femelles
No
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Moyennes
±
SM
Papavérine
1,25
0
15
22
0 0 0 0
0
10
0
4,7
%
2,5
Papavérine
2.5
10
35
42
25
10
5
20
22
30
25
22,4
%
3,7
Papavérine
5
40
56
60
53
35
40
54
62
53
55
50,8
"/,
2.9
Papavérine
7,5
75
80
80
70
66
81
77
85
78
83
77.5
%
1.8
Papavérine
10
100
100
100
100
100 100
100
100
100 100
100,0
%
0,0
DE
50
en
µg/m1
5,70
4,5
3,7
5,1
6,1
5,4
5,0
4,75
4,60 4,70
4,95
µg/mi
0,21
Viburnurn
625
0 0
0
0
0
0 0
0
0 0
0,0
%
0,0
Viburnum
1250
0
0 0
0 0
0
0
0
0 0
0,0
%
0,0
Viburnum
1875
51
42
75
77
26
25
60
55
50
70
53,1
%
5.8
Viburnum
2500
100
100 100
100
68
46
100 100
90
100
90,4
%
5,9
Viburnum
3750
100
100
100
100
100
100
100
100 100
100
100,0
%
0,0
Viburnum
5000
100
100 100
100
100 100
100
100
100 100
100,0
%
0,0
DE
50
en
itg`ml
1
850
1
900
1
650
1
625
2
375
2
600
1
800
1
775
1925
1
750
1
925,0
100,0
µg/ml
(*)
Les
doses
correspondent
à
la
concentration
finale
dans
la
cuve
(10
ml).
L'extrait
E
4
présente
une
action
spasmolytique
environ
5
fois
supérieure
à
celle
de
l'extrait
E
2
;
c'est
la
raison
pour
laquelle
nous
avons
poursuivi
nos
travaux
avec
l'extrait
E
4
.
b)
Essai
de
l'extrait
E
4
.
Nous
avons
opéré
suivant
le
même
protocole
et
avons
réalisé
10
essais
pour
le
témoin
papavérine
et
10
essais
pour
l'extrait
E
4
.
Les
moyennes
et
les
écarts-type
SM)
sont
déterminés
pour
chaque
dose
utilisée
de
papavérine
et
d'extrait
de
Viburnum
[8].
Les
résultats
figurent
dans
le
tableau
II.
CONCLUSION
La
présente
étude
justifie
l'usage
des
extraits
de
Viburnum
en
médecine
traditionnelle
en
montrant
qu'ils
présentent
une
action
toniveineuse
spé-
cifique.
Cette
action
est
d'autant
plus
élevée
que
le
degré
alcoolique
utilisé
pour
l'extraction
est
bas.
Ainsi
les
extraits
préparés
avec
de
l'alcool
à
45
0
ou
à
30°
sont
plus
actifs
que
les
extraits
utilisant
un
alcool
à
60°
ou
80°.
Ce
résultat
est
en
accord
avec
ceux
obtenus
lors
de
travaux
antérieurs
réalisés
sur
des
extraits
d'Hamamelis
[5].
L'activité
spasmolytique
des
extraits
à
60°
et
à
30"
bien
que
nettement
inférieure
à
celle
de
la
papavérine
s'avère
cependant
très
significative
sur
le
spasme
induit
et
par
ailleurs
l'extrait
à
30"
est
environ
5
fois
plus
actif
que
l'extrait
à
60".
Il
semble
donc
qu'en
thérapeutique
on
ait
intérêt
à
utiliser
un
extrait
de
degré
alcoolique
peu
élevé
si
l'on
veut
bénéficier
des
actions
toniveineuses
et
spasmolytiques
les
plus
élevées.
BIBLIOGRAPHIE
13ALANSARD
(P.).
Contribution
à
l'étude
des
substances
veinotropes.
Thèse
Doct.
Méd.
Marseille,
1969.
BALANSARD
(P.),
DELAAGE
(M
.
.),
FAURE
(F.),
BOUYARD
(P.).
Thérapie,
1970,
XXV,
675.
BALANSARD
(P.),
FAURE
(F.),
DELAAGE
(M.),
ROUSSEY
(A.),
BOUYARD
(P.).
Thérapie,
1972,
XXVII,
801.
BALANSARD
(P.),
FAURE
(F.),
BALANSARD
(G.),
DELAAGE
(M.),
ROUSSEY
(A.),
BouYARD
(P.).
Thérapie,
1972,
XXVII,
793.
BERNARD
(P.),
BALANSARD
(P.),
BALANSARD
(G.),
Bovis
(A.).
Jutait.
Pharm.
Belg.,
1972,
4,
505.
FAURE
(F.).
Influence
de
divers
inhibiteurs
enzymatiques
sur
la
contraction
adré-
nergique.
Thèse
Doct.
Méd.
Marseille,
1971.
GADDUM
(J.
H.),
HAMEED
(K.
A.).
prit.
J.
Pharmacol.,
1954,
9,
240.
131
[8]
JADOT
(G.),
BRUGUEROLLE
(B.),
BOUYARD
(L.),
FABRE-GOU-BERGIER
(P.),
BOUYARD
(P.).
Path.
Biol.,
1980,
28,
68.
[9]
JADOT
(G.),
BRUGUEROLLE
(B.),
VALLI
(M.),
BOUYARD
(P.).
J.
Pluzrinacol.
(Paris),
1983
(accepté
pour
publication,
sous
presse).
[10]
JARBOE
(C.
H.),
SCIIMIDT
(C.
H.),
NICHOLSON
(J.
A.),
ZIRVI
(K.
A.).
Nature,
1966,
19,
837.
[11]
JARBOE
(C.
H.),
ZIRVI
(K.
A.),
NICIIOLSON
(J.
A.),
Scumiur
(C.
H.).
J.
Méd.
Chem.,
1967,
3,
488.
132